Le trek W du Parc Torres del Paine

Legrand Foodtrip & Torres del Paine

Le Parc National le plus connu du Chili

Entrée du Parc Torres del PaineTorres del Paine est un parc national situé en Patagonie Chilienne. Il tient son nom des trois formations granitiques emblématiques du massif del Paine : les Torres ou encore Tours. C’est un endroit à la fois incontournable et extraordinaire mais aussi très touristique et plutôt cher. Suivant les conseils d’Aymeric, un des autres frères d’Antoine, nous y avons passé 4 jours et 4 nuits à camper et marcher à travers cette nature changeante et exceptionnelle. Si vous avez de la chance, vous y croiserez également le Lama local : le Guanaco.

Pour vous y rendre, vous pouvez :

  • arriver en avion de Punta Arenas et prendre le bus pour Puerto Natales puis Torres del Paine
  • arriver en avion d’ El Calafate et prendre le bus pour Puerto Natales puis Torres del Paine
  • arriver à Puerto Natales en stop et vous rendre dans le Parc en stop

Je suis sure que vous avez déjà deviné la solution que nous avons empruntée. Ceci étant dit, je préfère préciser que nous sommes arrivés dans le Parc à 17h et que nous vous conseillons un départ de Puerto Natales dans la matinée pour bien vous installer le premier jour de camp.

Le W d’Est en Ouest

Lorsque vous entendrez parler du Trek Torres del Paine, on vous parlera 9 fois sur 10 du trek W. Du coup, vous ne comprendrez pas pourquoi mais ne vous inquiétez pas, on va vous l’expliquer tout bien parfait pour que lorsque vous vous y rendiez l’organisation ne soit plus un secret pour vous.

Deux solutions pour le Torres :

  • une boucle de 6 à 9 jours
  • le fameux trek W car les chemins empruntés suivent la forme d’un W.

Nous avons choisi de faire le W et de le faire d’Est en Ouest. Sachez que vous pourrez également le faire d’Ouest en Est, mais vous découvrirez bien vite pourquoi Legrand Foodtrip ne vous le conseille pas.

Le trek W du Torres del Paine

Les logements/endroits où planter votre tente:

Il existe plusieurs solutions plus ou moins onéreuses. Gardez néanmoins en tête qu’une fois entré dans le Parc – qui vous aura déjà délesté de quelques milliers de Pesos: 18000 pour l’entrée, environ 35$US/pers – la cash machine se sera mise en branle et se traduira par une flambée des prix intolérable. Ainsi, il sera plus couteux de dormir dans un camp payant avec votre tente plutôt que de dormir dans leurs refuges. Je ne vous parle même pas de la location du matériel sur place pour environ 25000 pesos la nuit. Legrand Foodtrip a évidemment privilégié les campings gratuits, cela va sans dire. Il en existe 3 repartis sur le W, ce qui vous oblige à faire au moins une nuit dans un camp payant.

TIPS :La première partie du W se trouve dans une zone privée et vous vous rendrez vite compte que le but est de faire cracher les étrangers. Ainsi, le premier camp gratuit n’est accessible que si vous avez préalablement effectué une réservation à votre arrivée. Réservation qui nous a été tout à fait impossible d’effectuer. Ne vous fiez pas à toutes ces mesures privatives de liberté et continuez votre route vers le Campamento Torres.

La nourriture

Il est préférable de faire votre plein de nourriture à Puerto Natales. Je le répète, les prix s’emballent dans le camp. L’exemple le plus frappant : le prix d’un oeuf passe de 50 pesos à 500 dans le Torres. Vous pouvez faire comme la plupart des gens : acheter lyophilisé et sous vide. Ou faire le choix que nous avons fait, privilégier des produits frais et de bonne qualité pour PIMPER votre camping (nouvelle rubrique à venir).

Notre expérience dans le Torres

Arrivée au Torres

1ère journéeComme je vous l’expliquais plus haut, nous avons commencé à marcher dans le parc à 17h30 sous une chaleur harassante. La première marche aura duré environ 4h et exclusivement en montée. Nous étions chargés comme des mules: Antoine portait près de 18 kg et pour ma part près de 15. Autant vous dire que notre démarche n’était pas très assurée sur ces 10 premiers km.

Cela n’aura vraiment pas été facile pour nous, mais comme le dit si bien l’expression #nopain #nogain, nous étions plus qu’heureux d’avoir finalement poussé l’effort à son maximum. Lorsque nous sommes arrivés au Campamento Torres, il n’était pas moins de 21h30 et, cassés par cette première marche, c’est sous la nuit tombante que nous avons déployé notre tente, achetée deux jours plus tôt.

IgniacioCette première rando aura surtout été l’occasion de rencontrer un jeune petit couple d’américain et Ignacio éternel rêveur romantique que nous n’aurons de cesse de recroiser pendant ces 4 jours.

Jour 1

Le lendemain, nous étions censés nous lever à 5h pour admirer le lever du soleil sur le Torres, situé à une petite heure de grimpette du camp.

En bon franchouillards que nous sommes, nous avons débarqué dans le Sud de la Patagonie équipés de sacs de couchage pouvant supporter un froid relatif de +15 degré. Je ne vous cacherais pas qu’en cette partie du monde et cette période particulièrement venteuse les nuits avoisinent plutôt les 0 degré. Ayant mal dormi – littéralement sur une racine pour ma part et étant un peu flemmards (hein Antoine), nous ne nous sommes donc pas levés et avons même décidé de profiter de la journée pour visiter le Torres et de rester à se prélasser au camp jusqu’au soir.

Le ciel, très couvert, nous aura finalement donné raison et c’est en prenant notre temps que nous avons changé notre tente d’emplacement, cuisiné longuement un Dahl de lentilles et profité d’une douce soirée avec Ignacio.

Jour 2

Même topo, mais ce coup-ci je n’étais vraiment pas contente. Nuit glaciale et donc dodo approximatif qui a rendu impossible difficile le lever à 5h du matin. Enfin, particulièrement pour mon mari chéri qui a déjà du mal à se mettre debout avant 9h. Sauf que là, précisément, le soleil était de la partie. Nous sommes donc partis tranquillement vers le Campo Italiano pour une journée de 22 km de marche sous le soleil non sans la frustration de n’avoir pu profiter de cette merveille de la nature.

Le Parc prévoyait environ 11h de marche, nous avons finalement et sans se presser mis 7h30. Sans hésiter, notre plus beau souvenir du trek. Une journée bordée de lacs avec des paysages tous plus déments les uns que les autres. C’est à ce moment que nous avons compris pourquoi nous avions fait le bon choix concernant le trajet. La plupart des randonneurs partent de l’Ouest. Autant vous dire que nous n’avons croisé quasiment personnes alors que dans l’autre sens cela ressemblait à une autoroute. Je m’explique : lorsque vous marchez, si vous êtes suivi par des dizaines de personnes qui n’ont de cesse de vous doubler / redoubler, la route n’a pas la même saveur. Et mise à part quelques montées très intenses, il nous a semblé que le chemin était plus facile dans notre sens. A bon entendeur…

Nid d'amour sous la tenteNous sommes arrivés tôt au Campo Italiano. Camp le plus charmant du Torres, niché dans une forêt enchanteresse. Nous y avons retrouvé nos américains chéris et avons passé une délicieuse soirée tous ensemble.

TIPS : on vous conseille d’arriver à ce camp avant 18h car il est très prisé. Vous risquez au mieux d’avoir un mauvais emplacement, au pire d’avoir à continuer votre route pour faute de place.
Jour 3

Nous sommes partis le matin tôt, vous l’aurez compris tout est relatif, en direction du Mirador Britanico, situé au bout de la Valley Francès. Au total, 3h de grimpette et 2h pour redescendre. Nous sommes arrivés au sommet d’une montagne et avons profité d’une vue à couper le souffle.

Mirador Britanico

180° sur une partie du Paine et en prime la vue sur le lac Nordenskjold au loin. Ce sont ces moments d’osmose avec la nature qui vous font totalement oublier la douleur de l’effort.

A peine redescendu au camp, nous avons packé nos affaires pour repartir vers notre dernière étape : le camp Paine Grande.

La route est facile et splendide. Elle est situé dans une partie du Parc qui a brulé il y a quelques années et mais d’où il ressort un charme fou : avec le vent, on peut entendre les arbres frémir et grincer.

La fin de la route longe le lac Pehoe à la couleur turquoise. Heureusement que nous sommes bons marcheurs, car le temps s’est vite gaté et nous avons passé notre dernière soirée et nuit sous une pluie battante. Finalement assez drôle. Ce dernier camp étant payant, nous avons pu profiter d’une douche brulante et d’une cabane pour le diner. Le luxe ultime en somme.

Jour 4

Nous avions prévu de repartir par le catamaran de 17h et avions donc largement le temps de grimper jusqu’au Mirador Grey pour profiter de la vue sur le Glacier du même nom. Heureusement que nous n’avions pas nos sacs sur le dos car bien que la pluie ait disparu le vent patagonien ne s’est jamais arrêté de souffler et nous nous sommes battus pour arriver au sommet contre des rafales allant à plus de 100 km/h. Nous en gardons un souvenir incroyable, le vent nous ayant rendu complètement Loco Loco Loco.

En attendant le catamaran

Les Plus &  les Moins du Trek

Les plus

On ne peut pas contredire le fait que le Torres del Paine est un des sentiers de marche les plus beaux au monde. La vue sur les lacs et les glaciers est extraordinaire et le parc offre aux randonneurs une nature diversifiée et fabuleuse pour marcher. L’ eau est partout potable, fraiche et particulièrement bonne. Il suffit de se baisser à chaque ruisseau pour se désaltérer. Il s’agit d’un des trek les plus connus également et tout bon randonneur qui se respecte à en lui l’envie de cocher la case : j’ai parcouru le Torres !! Enfin, c’est un trek touristique et donc peuplé de randonneurs en tout genre avec qui vous aurez la joie de partager un diner ou un petit bout de chemin.

Bémol

Je dirais en premier lieu qu’il n’y a pas assez de liberté au sein du parc et que la relation commerciale y est trop très présente (en contradiction selon moi avec le principe même de la marche et du camping).

J’émettrais un gros bémol quant au choix de l’heure de notre retour et du coup à la désinformation de la part du camp.

Bye Bye Torres del Paine.Le catamaran, quoique vous permettant de profiter d’une jolie petite balade sur le Lac Pehoe et ainsi d’éviter une marche de 17km pour retourner à l’entrée du Parc, nous a déposé aux alentours de 17h30 mais ce n’est que vers 19h30 que nous sommes repartis avec le bus.

En effet, sous couvert d’attendre le dernier catamaran de la journée on se retrouve parqué dans une petite cafet’ pour vous pousser à consommer des sandwichs pourris à 10 dollars US et autres cafés et thés aux mêmes prix.

Le pire c’est que nous sommes donc arrivés à 22h45 à Puerto Natales dans la nuit noire, épuisés et un peu déçus de cette organisation chilienne qui ne fait que suivre un but purement mercantile. Le pompom : plus aucun restaurant ouvert après avoir rêvé pendant nos 4 jours de marche d’un bon Cordero Patagonico.

En résumé :

Nous garderons un souvenir fabuleux du Torres del Paine. En plus maintenant on peut dire qu’on a fait ce fameux trek en Patagonie Chilienne. Mais une chose est sure, si vous n’avez que très peu de temps, privilégiez El Chalten et son Fitz Roy dont on vous parlera très bientôt.

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>